Recevez le guide pour choisir votre traducteur juridique en 10 pas (en espagnol) en vous abonnant à la Newsletter

Préservez votre réputation

en confiant votre message à un traducteur professionnel.

diver

De plus en plus d’hispanophones traversent les frontières pour travailler à l’étranger. De plus en plus d’entreprises anglophones et francophones ouvrent des bureaux ou établissent des partenariats en Espagne ou en Amérique Latine. Communiquer dans la langue locale devient essentiel pour construire des relations commerciales solides.

Si vous êtes un avocat qui gère des contrats internationaux ou des cas impliquant des individus hispanophones, vous savez que les barrières linguistiques sont loin d’être la seule contrainte. Votre client vient d’un pays avec un système juridique diffèrent. Une bonne traduction lui permettra de comprendre certains concepts juridiques propres au pays d’accueil.

En tant qu’entrepreneur, vous êtes conscient des risques d’une mauvaise interprétation des concepts juridiques. Un seul mot mal compris suffit pour réécrire votre histoire et celle de votre client. Pour éviter ce genre de désagrément, vous avez besoin d’un intermédiaire qui dispose d’une connaissance approfondie des deux langues de travail et de la différence entre les deux systèmes juridiques.

3

Types de documents que je peux traduire :

  • Contrats de vente, de location, de fourniture
  • Diplômes et certificats d’études
  • Polices d’assurance, rapports d’expertise
  • Procurations, actes notariés
  • Déclarations sous serment, plaintes, transcriptions judiciaires

Projets récents :

  • Conditions générales de jeux en ligne pour une entreprise de prêt-à-porter (2 500 mots)
  • Statuts constitutifs d’une société (4 000 mots)
  • Contrat de location d’équipement pour une entreprise du secteur pétrolier et gazier (3 600 mots)
  • Textes juridiques et réglementaires sur les politiques européennes (Centre de traduction des organes de l’Union européenne (CdT) (en cours)